L’agenda

Oct
21
ven
Assemblée Générale élective @ Espagnac Ste-Eulalie
Oct 21 @ 17 h 00 min

L’assemblée générale s’est tenue dans le respect des statuts de l’association.

Voir compte rendu dans la rubrique – actions – séances de travail.

Nov
8
mar
Réunion de fin de saison pour les baignades du Célé @ Catus
Nov 8 @ 10 h 00 min – 12 h 00 min

Bilan des baignades pour l’année 2016.

 

Nov
9
mer
Réunion avec Monsieur Franck LEON – Sous-Préfet de Figeac @ Figeac
Nov 9 @ 10 h 00 min – 11 h 30 min
Nov
15
mar
Réunion de la commission locale de l’eau @ Figeac
Nov 15 @ 14 h 00 min – 17 h 15 min

Suite au vote de la commission : Sauvegarde du Célé est membre du nouveau conseil d’administration.

Article de la Dépêche

Les enjeux de l’eau, un défi pour l’avenir.

Les actions que doit conduire le syndicat mixte du bassin Rance et Célé sont inscrites au contrat de rivière 2014-2019. Ce contrat met en œuvre les dispositions du SAGE, schéma d’aménagement et de gestion des eaux, qui a une valeur réglementaire, avec à sa tête une commission locale de l’eau /Photo DDM.
 

Cinq ans et 29 M€ d’investissements à engager pour lutter contre la pollution, prévenir les inondations, préserver la ressource et les milieux aquatiques, et favoriser les loisirs sur la rivière.

Ce deuxième contrat de rivière Célé 2014-2019 est ambitieux. Mardi après-midi, salle Balène, la commission locale de l’eau (CLE) du Sage Célé et le comité de rivière ont siégé, afin de renouveler leur bureau et pour faire le point sur les dispositifs.

Concernant la qualité des eaux, Martin Malvy, président de la CLE, tout comme Bernard Laborie, vice-président, ont exposé une situation délicate. «Depuis seize ans, nous avons mené un combat remarquable pour améliorer la qualité de l’eau et rouvrir des zones de baignade. Mais la réglementation s’est durcie, je ne le conteste pas, mais elle modifie le niveau de qualité de l’eau. On pouvait se baigner à Espagnac, on ne peut plus».

Pourtant l’eau y est de meilleure qualité aujourd’hui qu’hier ! Un constat quelque peu amer des membres de la commission qui vont repartir au combat pour viser de nouveaux les exigences sanitaires requises pour 2021.

Notez que ce bassin hydrographique compte 74 points de mesures de la qualité des eaux. Une dizaine de sections de cours d’eau ont été identifiées de mauvaise qualité bactériologique. C’est le cas en aval de Figeac.

Pour y remédier : un programme de travaux d’assainissement, un plan d’actions territoriales avec des dispositifs pour les exploitations agricoles, ou encore, pour le volet ressource en eau : des interventions sur les réseaux d’alimentation d’eau potable. Se décline aussi dans ce contrat rivière la restauration de cours d’eau, la préservation de zones humides et d’espèces aquatiques, etc.

Au rang des priorités 2014-2019, on retiendra le volet prévention des inondations : améliorer l’alerte aux populations et la gestion de crise, réduire la vulnérabilité du bâti en zone inondable.

Le dossier très sensible de la continuité écologique sera aussi un enjeu de ce contrat rivière Célé qui accompagne les propriétaires d’ouvrage dans la réhabilitation ou l’effacement de leur chaussé, comme les y contraint désormais la loi. 21 dossiers sont concernés sur ce bassin, l’agence de l’eau en a déjà validé six, en apportant son concours financier.

Face aux inquiétudes dans l’assemblée, Philippe Gramont, directeur de la direction départementale des territoires, et Didier Renault, chef du service eau, forêt et environnement rappelaient les impacts de tels ouvrages et l’intérêt de ne plus faire obstacle au cours de l’eau.

L’agence de l’eau Adour Garonne est un partenaire incontournable de tous ces projets portés par le syndicat mixte du bassin Rance et Célé, avec un soutien financier de 60 à 70 % en moyenne. Son directeur, Laurent Bergeot, notait : «Le succès de nos opérations, ce sera la qualité de nos rivières qui nous le dira. Quatorze masses d’eau sur 28 devront passer d’un état moyen à un état bon d’ici 2021, c’est-à-dire demain».

Nov
22
mar
Réunion du bureau de Sauvegarde du Célé @ Saint-Sulpice
Nov 22 @ 10 h 00 min – 12 h 00 min
Nov
24
jeu
Réunion commune nouvelle et débat sur la qualité de l’eau du Célé
Nov 24 @ 20 h 00 min – 22 h 00 min

La future commune nouvelle planche déjà sur l’eau

Une réunion de travail studieuse.
Une réunion de travail studieuse.

Jeudi 24 novembre, les maires et conseillers des communes de Sauliac, Marcilhac-sur-Célé, Saint-Chels, Saint-Sulpice et Brengues se sont retrouvés à la salle communale de Brengues, pour la 5e réunion de travail en vue de la création d’une commune nouvelle. Les échanges fructueux ont permis de clarifier les objectifs communs et le projet du regroupement de communes, afin de finaliser la proposition à soumettre aux habitants des villages.

Dès maintenant et avant même la création d’une commune nouvelle, l’ensemble des participants, sans exception, se sont retrouvés autour du problème de pollution du Célé en amont de Figeac, ainsi que celui de la sauvegarde du patrimoine relatif aux moulins. La dégradation de la qualité bactériologique de l’eau du Célé a pour effet le non-respect des nouvelles normes sanitaires en matière de baignade publique, ce qui entraîne la baignade «déconseillée» sur deux des six baignades le long du Célé. D’autres vont suivre ! Cette situation contrarie fortement les efforts consentis par le Grand Figeac pour valoriser le tourisme de la vallée. Les communes ne bénéficiant pas de baignades sont tout autant concernées par la qualité de l’eau pour le maintien de la biodiversité végétale et animale.

Une réunion prochaine entre maires et personnes responsables de l’eau dans les communes en amont de Figeac sera prochainement programmée, pour définir les actions à mener pour supprimer ces sources de pollution.

Nov
29
mar
Rencontre avec les propriétaires de moulins au bord du Célé @ Salle de l'Astrolabe Figeac
Nov 29 @ 10 h 30 min – 12 h 30 min

Rencontre des propriétaires de moulins initiée par l’association des moulins du Quercy.
Sauvegarde du Célé et l’AAPMA de Figeac étaient invitées.
Chaque propriétaire de moulin présent a pu exposer son point de vue sur les solutions proposées par le SMBRC (restauration, arasement ou effacement des chaussées).

Réunion du comité syndical : Syndicat Mixte du Bassin de la Rance et du Célé @ Saint-Jean Mirabel
Nov 29 @ 20 h 30 min – 22 h 00 min
Déc
8
jeu
Visite du moulin de Sainte-Eulalie @ Moulin de Sainte-Eulalie
Déc 8 @ 15 h 15 min – 17 h 00 min

A l’initiative de l’association des moulins du Quercy, Monsieur Norbert Costes nous a fait visiter son moulin parfaitement conservé et dont la construction date d’environ 900 ans. Le problème de la sauvegarde du site a été évoqué face aux exigences de l’état  concernant la continuité écologique. La destruction de la chaussée est la solution préconisée. Bien sûr, le propriétaire souhaiterait conserver son moulin en l’état. L’association Sauvegarde du Célé le soutient dans sa recherche de solutions moins « radicales ».

 

20161208_151631

Réunions avec les maires et les personnes responsables de baignade de la vallée du Célé @ Salle des fêtes
Déc 8 @ 18 h 00 min – 20 h 00 min

Article de la Dépêche du 15/12/2016

Pollution du Célé : il faut agir rapidement

Jeudi 8 décembre, une partie des maires de la vallée du Célé s’est réunie à Brengues au sujet de la pollution de cette rivière. Lecture a été faite à l’assemblée du compte rendu de la rencontre entre la mairie de Figeac, les services techniques de Figeac, le syndicat mixte Rance Célé et le Syded du Lot.

La synthèse de ce document portait sur la qualité des eaux de baignade en aval de Figeac et sur la collecte des eaux usées de l’agglomération.

Les participants ont apprécié que le problème de pollution soit enfin abordé en amont de la vallée du Célé. L’inquiétude est grande pour la sauvegarde de la Basse vallée du Célé qui fait partie du réseau Natura 2000 du Lot. Le fait de passer en «pôle de pleine nature» donne des obligations en matière de qualité de cet environnement.

De la qualité de l’eau dépend non seulement la biodiversité mais aussi le tourisme avec ses baignades, canoës, pêcheurs, etc. qui sont les éléments cruciaux pour le développement économique de la région : gîtes, terrains de camping, restaurateurs, commerces, etc. Il y a urgence.

Déjà est programmée la fermeture d’une baignade dès la saison 2019, une autre sera déconseillée dès 2017 et si rien n’est fait immédiatement, c’est toute la vallée qui va être impactée par ce problème. Si en amont, grâce à des indicateurs, des sources de pollution ont déjà été clairement identifiées, il reste à agir rapidement.

Il a été aussi proposé par les participants d’augmenter les prélèvements le long du Célé surtout au niveau des déversements ainsi que leurs fréquences. Les bénévoles sont prêts à apporter leur soutien dans ces premières actions.
La Dépêche du Midi