Le statut des baignades

Les sept lieux de baignade qui se succèdent sur moins de 50 kilomètres entre Espagnac et Conduché (Espagnac, Brengues, Saint-Sulpice, Marcilhac-sur-Célé, Sauliac-sur-Célé, Orniac et Cabrerets) sont considérés officiellement comme des baignades recensées : les lieux sont connus et signalés pour une fréquentation traditionnelle, spontanée et régulière de baigneurs.

Ces baignades « au naturel  » ne doivent comporter aucun aménagement particulier sur leur plage ou dans le lit de la rivière. Elles n’ont alors pas l’obligation d’être délimitées, surveillées, ni de comporter d’équipements particuliers (sanitaire, poste de secours) mais seulement une information sur la qualité des eaux de baignade. Ces « baignades au naturel » sont généralement gérées par les mairies qui affichent régulièrement la qualité des eaux de baignade (également consultable sur le site Internet du Conseil Général : www.lot.fr/infeauloisirs ).

L’utilisation touristique de ces zones de baignade contiguës, mitoyennes ou riveraines avec des parcelles privées n’engage en rien la responsabilité de ces propriétaires du moins tant que ces propriétaires, après voir été consultés et informés, ne sont pas officiellement considérées comme des personnes gestionnaires des baignades. Les zones de baignade au naturel connaissent une fréquentation croissante en particulier pendant les périodes estivales de basses eaux. Elles tendent, de ce fait, à voir leurs équipements se multiplier (toilettes, point d’eau, téléphone, panneaux d’information, tables, plate-forme de stationnement, poste de vente commerciale, sonorisation…). De proche en proche, ces incitations à se baigner transforme le site de baignade  » au naturel » en zone récréative polyvalente (aire de baignade, aire de jeux, aire de camping, aire de débarquement des canoës…) ou en zone de baignades déclarées qui ont alors l’obligation d’être délimitées et surveillées.

Si l’on se réfère aux  textes du code de la santé publique qui définissent les termes des baignades recensées et déclarées (D-13.32-16 et L-13.32-2), force est de constater que 5 des 7 baignades sur le Célé ne rentrent déjà plus dans la catégorie des baignades recensées ou  » au naturel », mais dans celle des baignades déclarées car elles ont fait l’objet d’une modification substantielle des rives ou du lit (apport de sable ou de gravier, immersion de blocs de pierre dans le lit, cale d’accès pour les embarcations…) afin d’y pratiquer la baignade.

L’Association « Sauvegarde du Célé », soucieuse de conserver à cette rivière de faible débit et de petite taille son authenticité, soutient la vocation initiale des lieux de baignades, les baignades dites « au naturel ». En accord profond avec les objectifs poursuivis par le SAGE, l’Association :

  • souhaite qu’il ne soit procédé à aucune modification brutale du profil du lit ou des rives,
  • se propose avec les autorités compétentes d’améliorer l’information des baigneurs,
  • conseille de découpler les zones de baignade des parcours de pêche et des zones d’embarquement et de débarquement des canoës
  • demande à être associée – en tant que représentante des propriétaires riverains ou mitoyens de ces baignades – à toute action ou réflexion sur le réseau des baignades au naturel sur le Célé.

Une eau claire n’est pas une garantie de sa qualité !

La rivière en aval de Figeac comporte plusieurs lieux de baignade. Dans le cadre du suivi de la qualité de l’eau de baignade, l’ARS (Agence Régionale de Santé) s’occupe de contrôler l’eau tous les 15 jours pendant la saison balnéaire. Les résultats des analyses seront affichés dans les Mairies, sur les sites de baignade et sur notre site Internet.

Carte des baignades

Carte des baignades